Un jour férié ? Oui, un mardi. Et le pont ? The bridge ? Ce n’est pas vraiment connu ici mais peu importe, pas mal de gens prennent congé le lundi pour profiter d’un weekend prolongé.

Alors mardi 5 novembre était un jour férié dans le Victoria. C’était la « Melbourne Cup ». Accrochez-vous… Une course hippique datant de 1861 et dont le surnom n’est autre que « la course qui arrête une nation ». Nous n’avons pas (encore) chercher à en savoir d’avantage mais d’après « Wikidove » il s’agirait d’un évènement huppé où l’on y va avant pour picoler, se montrer et peut être regarder la course. Le tout vêtu de blanc. Pas trop notre truc à vrai dire… Alors on s’éclipse.

Nous avons profité pour aller explorer une partie de la Tasmanie, cette île et état appartenant à l’Australie, situé au large de Melbourne à moins d’une heure d’avion. 5 jours en van à sillonner la côte est entre Hobart et Bay of Fires.

Nous n’avons pas été déçu, pas une seconde. Nous avons découvert qu’une petite partie mais la beauté des paysages de cette côte sauvage, ce sentiment d’être de bout du monde ainsi que le rythme paisible à laquelle « Tassie » est réglée, nous ont comblé.

Après avoir récupéré le van à l’aéroport de Hobart, nous avons directement pris la route sachant que nous n’allions pas visiter la capitale cette fois-ci. En effet, nous avons prévu une autre excursion en janvier alors que j’aurais un tournoi de bike polo…

Nous voila parti pour 5 jours de road trip et baptisons notre mission: « Sun Hunters » pour « Chasseurs de Soleil ». Comprenez que, au vue de la météo encore incertaine à cette période de l’année, nous décidons d’adapter le trajet en fonction des derniers bulletins météo. Et nous nous débrouillons pas si mal !

Après une bonne heure de route au travers la foret Wielangta avec la découverte d’un Echidné (voir photo), nous atteignons la côte et c’est alors qu’une première halte s’impose puisque sable blanc et eaux turquoises sont de la partie. Tout comme une dizaine de dauphins que nous apercevons à une centaine de mètres. Le séjour est lancé !

Elevages de moutons et brebis sont de part et d’autre de la route. Un air de Nouvelle-Zélande ! Stop à Cressy Beach pour un premier picnic sur la playa, en solo. L’eau est bien évidemment glacée au sortir de l’hiver , 13°C… Mais un peu de cryothérapie ne fait pas de mal !

On traverse quelques petits villages et profitons d’une supérette pour remplir notre mini frigo.

Et puis quelques heures plus tard nous voici au fameux Freycinet National Park. Nous trouvons un loueur de kayak et nous voila partis pour une bonne ballade à Coles Bay où nous nous faisons pote avec un phoque en pleine sieste !

Le temps se gatant, les « Sun Hunters » decident alors de reprendre la route et de rouler légèrement vers le nord. Nous reviendrons dans quelques jours pour une randonnée dans le parc lorsque la météo sera au rendez-vous. Nous trouvons notre premier free camping. Les moustiques sont de sortis ! Pas de produit… Un carnage. On s’enferme à 20h30 dans le van et chassons ces suceurs de sang.

Le lendemain, nous petit déjeunons à Friendly Beaches avant de filer à Douglas-Apsley National Park pour un petite ballade en forêt puis pour un Fish & Chips à St Helens.

Je m’offre une session de surf tasmanienne dans l’après midi après avoir trouvé une perle du coté de Scamander. Dale ! En cherchant un loueur de surf, je suis tombé sur ce cinquantenaire légendaire. Un vrai passionné qui loue, prête, vend et surtout discute (généreusement) avec tous visiteurs qui s’arrêtent au « Shack ». Le « Shack » c’est sa petite annexe dans son jardin ou planches de collection, livres, DVDs, posters et tee-shirts sont exposés fièrement. Je suis aux anges. Je lui achète un tee-shirt et en échange il me prête une planche pour aller me faire secouer dans le « beach break » saillant de Shelly Beach.

Dale prend une photo de tous ces visiteurs avec des planches légendaires…

On découvre notre deuxième free-camping, plutôt pas dégueux, sur Bay Of Fires. Sublime. Sable blanc, roches rougies par le lichen et camping gratuit sur la plage. Coucher de soleil, diner de rois et au dodo.

Le lendemain, on ne se prive pas du petit déjeuner 5 étoiles sur la plage grâce à la « magic-mini-table ». Même le Ritz n’offre pas cette expérience !

Les premiers pêcheurs débarquent et attrapent des petits saumons devant nous. On marche sur ces rochers en feu au contraste surprenant avec ces eaux « curaçao, les eucalyptus arborant le sable blanc. Nous sommes stupéfaits par la beauté naturelle et la préservation de cet endroit.

On file toujours plus au nord jusqu’à The Garden où nous déambulons et piqueniquons dans cette ambiance de campagne. Il est l’heure de faire demi tour, retour dans le sud et de passer la nuit au Dianas Basin.

Le lendemain, deuxième « surf session » pour ma part avant de mettre le cap direction Freycinet National Park où le beau temps nous attendait ou presque… On se lance dans une rando au coucher de soleil et l’orage menaçant nous interrompt dans la quête du Mont Amos mais n’empêche pas un spectacle magnifique sur Coles Bay.

Dernier jour ! Réveil matinal et frisquet. Cependant grand ciel beau, le programme tient. On part faire la randonnée du « Hazards Beach – Wineglass Bay« . Grandiose. 3-4h à sillonner une partie de cette péninsule entre forets d’eucalyptus et plages vierges de toutes traces humaines. Cela vaut toujours le coup de se lever tôt, le parking vide à notre arrivée est désormais bondé…


Il est l’heure de ramener notre maison roulante, petite balade et resto de poissons à Hobart avant de rejoindre notre hôtel mytheux pour une courte nuit. Avion à 6h… Les vacances, c’était chouette. Même courtes.