Décembre, janvier, février… Des mois qui généralement donnent envie de se mettre au chaud, au coin de la cheminée ; ou qui permettent à certains d’aller à la montagne pour profiter de la neige et des sports d’hiver. Mais cette histoire c’est celle des pays de l’hémisphère nord – situés en zone tempérées.

Bienvenue dans l’hémisphère sud. L’hémisphère dont on parle peu (ou moins). L’hémisphère où l’eau dans levier s’écoulerait en tournant dans le sens inverse des aiguilles d’une montre ; l’hémisphère où il vaudrait mieux avoir une terrasse orientée plein nord, l’hémisphère où les pentes de ski seraient plus préservées en face sud, l’hémisphère où décembre, janvier et février s’appellent « été » …

On s’y fait vite ! Pas surprenant me direz-vous. En effet, l’été est rarement désagréable. Et encore moins lorsque l’on vit en bord de mer. Car oui, en plus d’un changement d’hémisphère c’est aussi un changement de style de vie où nous sommes passés de la montagne à la mer (Salt Lake City : 1300m | Melbourne : 0m).

Nous vous avons déjà introduit Melbourne et ses plages de la baie située à aux abords du centre-ville, cette fois si on vous parle de l’océan, des « back beaches » comme on les appelle. Car oui, ça n’a rien à voir. C’est un peu comme si vous aviez le bassin d’Arcachon d’un côté et l’Atlantique de l’autre. Mouai, c’est environ ça mais ce n’est pas pareil non plus…

Nous avons deux options lorsqu’il s’agit de se rendre à l’océan sur la journée, le temps d’un weekend ou même pour plusieurs jours. A gauche ou à droite de la baie !

Gauche et Droite !

A gauche !

Alors commençons par la gauche puisque ce sont les plages de Torquay que nous avons découvertes en premier.

Torquay est une petite bourgade situe à une 1h15 de Melbourne et qui a première vue, n’offre rien d’exceptionnel sauf que… Sauf que Torquay c’est la capitale du surf. Quiksilver est né ici, Rip Curl a son siège social et Bells Beach accueille chaque mois d’avril, la plus vieille étape du championnat du monde de surf (depuis 1962)! C’est d’ailleurs ici que nous avons « rencontrés » Kelly Slater, Alana Blanchard et leurs potes !

Mais Torquay c’est aussi le point de départ pour la fameuse Great Ocean Road, cette route qui longe la côte sauvage sur 243km. Après Torquay, on ne croise que de petits bourgs et la nature offre un spectacle incroyable. Des plages de sable fin, des falaises, des forets, de l’eau parfois déchainée et grisâtre, parfois plus calme et bleu turquoise. Et surtout des vagues incroyables. Kangourous et Koalas sont souvent de sortis !

Nous avons eu la chance de s’enfoncer jusqu’à Wye River mais allons bien évidemment consacrer un road trip de quelques jours pour aller plus loin et notamment attendre les fameux « 12 Apôtres » que vous avez déjà dû voir à la télé sur Thalassa.

Cette côte, c’est tout simplement un bijou de la nature et avant tout une véritable culture surf authentique.

C’est aussi ici, alors que nous étions « à l’eau » à tenter de monter sur nos planches, que nous avons fait la rencontre d’un groupe de Frenchies bien sympathiques. Marine et Flo ainsi que Stephanie, Aurélien et leurs mini-pouces qui habitent tous à deux pas de chez nous. Scénario plutôt improbable sur cette plage déserte où seuls des français pouvaient s’y retrouver !

A droite !

A droite, il y a différentes options. Tout d’abord les premières plages qui se situent à 45 minutes de Melbourne, c’est la Mornington Peninsula où nous nous sommes rendus lors d’un weekend découverte. Sur la pointe de la péninsule se rencontre l’océan et la baie, un spectacle tout simplement magnifique. C’est le Nepean National Park. Les voitures laissent place aux navettes, vélos et piétons pour admirer les vues côté baie et côté Pacifique.


Les vagues sont aussi très présentes et on y retrouve de nombreux spots de surf. C’est d’ailleurs du coté de Point Leo que nous avons pris notre premier cours de surf avec Fraser, le beau-gosse-blond-surfeur… Un cliché ou simple réalité. Nous vous en dirons plus dans un article dédié au surf !

C’est aussi par là-bas, alors que nous n’avions trouvé aucun camping ou Airbnb, et que nous avons fini par dormir dans la voiture sur le parking de la plage. Nous nous nous étalerons pas sur la première tentative… Les rangers ne rigolent pas ici et le camping sauvage / dodo dans la voiture ne sont qu’apparemment très peu tolérés.

Nous avons aussi traversé des vignobles, le centre de la péninsule y étant dédié. Il est possible de s’y balader ou bien de s’y arrêter pour déjeuner ou diner.

Et puis plus à l’Est, Philip Island. C’est là-bas que nous avons été invité par nos amis québécois. Nick, est mon plus fidèle collègue et pote. Il est en couple avec Pascale. Nous ne savons pas si c’est leur accent qui nous a charmé mais en tout on « capote ben raide ».

Un weekend détente pour les 30 ans de Nick où nous avons loué une maison à 12 « chums ». Au programme surf, farniente, BBQ et fiesta !