Après nous voir rendu visite l’été dernier (voir Les Thibert en Amerique),  les parents de Sarah nous avaient promis de revenir en période hivernal pour tester le ski « façon USA ». Promesse tenue, Sophie et Francois ont débarqué en Utah au mois de février dernier pour 10 jours de glisse ! Francois – dans le but de rattraper son retard de dénivelé cumulé entaché par un début de saison difficile dans les Pyrénées et Sophie pour profiter pleinement de ses vacances bien méritées. Parce nous vous avons pas toujours bien décrit le ski à l’américaine, je vais profiter de l’article pour faire le tour des quelques inconditionnels !

DSC_0233

10 stations entre 35 minutes et 1h de route

La situation de Salt Lake City aux pieds de la chaine des Wasatch en fait l’un des villes américaines les plus adaptées à la pratique des sports d’hiver. Alta, Snowbird, Brighton, Park City ou encore Snowbasin et Power Mountain. Les noms de ses « resorts » vous sont peut-être familiers? C’est sur ces pistes que les J.O. de Salt Lake 2002 se sont déroulés  et c’est aussi ici que la neige est décrite comme « Greatest Snow On Earth » du fait de sa légèreté et de son abondance.

Question peu évidente à l’approche de l’arrivée de la Thibert Family : où allons-nous les emmener skier ? Un facteur peut alors vite vous aider à prendre une décision : le prix des forfaits à la journée. Accrochez-vous : $110 pour la renommée et très chic Park City dites « P.C. », $90 pour la fameuse Alta, « skiers only » ou encore $95 pour la familiale Snowbasin…

Nous opterons alors pour Snowbasin et Powder Mountain du fait que nous détenons des avantages en termes de prix… Forfaits saisons pour Sarah et moi à « Basin » et possibilité des réserver des forfait journée à « Pow-Mow » via mon travail, pour la maudite somme de $0…

DSC_0369 DSC_0300

Location d’un appart au ski version USA

Il aura fallu attendre la venue de Sophie et Francois pour découvrir la qualité de prestation et de service lorsque vous séjournez en station. Sarah avait trouvé ce qui conviendrait le mieux à ses parents : après 2 jours passés à la maison à récupérer des 8 heures de décalage, un appartement nous attendait à 10 minutes de Snowbasin. En effet, de nombreuses stations ne disposent pas ou très peu de logements au sein même de la  station – celles-ci ayant souvent été construites dans le seul but de faire du sport.

C’est donc à Huntsville, au bord du Pineview Reservoir que Sarah avait déniché un appartement au top ! Partie intégrante d’une résidence, nous y avons trouvé l’ensemble des caractéristiques et services classiques pour un américain cependant si différent d’un appartement de location standard à La Clusaz ou Val Thorens.

DSC_0212 DSC_0216 DSC_0218

DSC_0239 DSC_0317

150m2, 2 grandes chambres avec salle de bain, cheminée, lave-vaisselle-lave-linge-sèche-linge, place de parking, jacuzzi privatif sur la terrasse ou encore draps, serviettes (dont un lot spécifique au jacuzzi) et ménage inclus ! Attention ceci correspond à une prestation standard et non à une résidence de luxe – comprenez prix non-excessifs.

Par contre, la déco n’est pas savoyarde – of course ! Moquette épaisse, canapés et lits orientés plutôt confort que design, cheminée au gaz, chandeliers imposants… Une véritable expérience que de séjourner dans un appartement à l’américaine ce qui nous permit de nous reposer et d’en apprendre un peu plus sur les américains au ski !

Basin puis Pow Mow

La neige n’était pas tombée depuis 10 jours mais restait abondante et des températures chaudes pour la saison ont offert des conditions de ski rêvées pour nos invités. 3 jours à Snowbasin à profiter pleinement d’un des plus grands domaines de la région (bien que plus petit que nos grandes stations françaises) et 2 jours dans la très spéciale et locale Powder Mountain.

Snowbasin – la familiale. Oubliez la queue aux télésièges, aux caisses des remontées mécaniques ou encore aux restaurants d’altitude. Ici, si vous payez $95 votre forfait c’est pour une qualité de service irréprochable. Je pense que c’est cet aspect que Sophie et Francois ont avant tout noté. Dès l’arrivée sur l’immense parking de la station, de nombreux « vestes bleues » vous guident et vous indiquent ou garer votre voiture – aux millimètres près. Puis, alors que vous vous apprêtez à marcher (façon « le blond » par Gad Elmaleh) vers les remontées, une navette gratuite type chenillette s’arrête vers vous pour vous proposer de parcourir les 100 ou 200m à son bord. Ne vous inquiétez pas –  Sarah et moi avons juré de ne jamais l‘utiliser ! Cependant très pratique pour les familles avec jeunes enfants.

Il est alors temps de monter dans les « œufs » et voilà que d’autres « vestes bleues » vous demandent combien vous êtes afin d’optimiser le remplissage des cabines. Puis ils vous demandent gentiment s’ils peuvent prendre vos skis afin de les ranger dans les racks afin de vous soulager… Arrivée en haut, la vue est magnifique. Il est alors temps de descendre ! Mais où ? Les possibilités sont multiples et les pistes bleus et vertes restreintes. Les domaines ne sont pas les plus grands en terme de kilomètres de pistes ou de remontées mais il possible de descendre où vous le souhaitez dans un domaine sécurisé. Sortir de la piste n’est pas du hors-piste. Sortir de l’air du domaine n’est possible que par des portes vous avertissant du danger encouru. Bref – tant que vous ne passez pas sous les cordes délimitant la station vous êtes libres de vous déplacer où vous le souhaitez. Le must ? Pas de damage lorsqu’il neige – les possibilités de vous éclater en poudreuse sont infinies… Nous avons également fait découvrir à Sophie et Francois les quelques « lodges » vous permettant de vous rassasiez autour d’un burger ou d’une salade accompagne d’une bonne bière locale !  Le passage au toilettes est aussi une expérience inédite puisque marcher en chaussures de ski sur de la moquette et découvrir des « restrooms » en nombre et d’une grande propreté vous donnent presque le sourire !

DSC_0291 DSC_0281 DSC_0272 DSC_0264 DSC_0241

Powder Mountain – l’inoubliable. Ici le concept est différent. Pow-Mow est une station à part entière et c’est pour cela que nous voulions y emmener nos convives. Testée pour la première fois cette année, nous avons élu Pow-Mow « Resort Of The Year » avec nos potes expats’ Marie et Fabien ; peut-être aidés par le fait d’avoir des forfaits journées dit « médaillons » offerts par Salomon… Située à 25 minutes de notre appartement de location, cette station de locaux a également beaucoup plu à la famille. Powder Mountain est le paradis pour la neige fraiche mais même quand celle-ci se fait rare, il y a de quoi s’amuser ! Pas beaucoup de remontées (4 télésièges et 1 téléski) mais une option inoubliable : le SnowCat. Un mélange entre dameuse et mini-bus vous emmène en hors-piste pour une expérience garantie en dehors des sentiers battus ! Puis, il y a le fameux Powder Country, une zone totalement sauvage dans les arbres « Aspens » ou l’arrivée au bord de la route est étudiée afin qu’un bus vous remonte à la station. Et que dire de la bière de fin de journée ! Un bar en bois, un concert de rock, blues ou country, une odeur plutôt masculine et des locaux qui enchainent les pintes en rythme à quelques kilomètres de villages où les mormons sont fortement représentés ! La magie de Pow-Mow aura encore frappée et ce n’est pas Sophie et Francois qui diront le contraire…

DSC_0349 DSC_0401 DSC_0425 DSC_0373 DSC_0366

Cela fut un immense plaisir de partager cette expérience avec de la famille. Comme vous le constater la culture américaine est également très présente au ski – mais on y prend très vite gout ! On ne retrouve pas le charme de petits villages savoyards mais la montagne reste très protégée. Nous avons beaucoup à apprendre de la qualité de service de toutes ces stations. Les américains savent résoudre l’ensemble des difficultés qu’une famille peut rencontrer lors d’un séjour au ski et donner envie à ces derniers de revenir. Ok – le prix ne doit pas être une barrière.

C’est une stratégie très étudiée qui rend les activités de sport d’hiver parfois réservée aux plus riches en proposant des prix toujours plus hauts. Mais cela pourrait aussi bénéficier dame-nature et limiter le ski de masse comme le développent certaines stations françaises sans forcément être rentables : Les 3 Vallées en tête de peloton.