The Great Ocean Road, vous en avez déjà peut être entendu parler ou même peut être eu la chance de vous y rendre ! La Great Ocean Road est une route splendide côtière de 240km longeant la côte du Victoria entre Torquay et Allansford.

Nous avons pour habitude de nous y rendre le week-end, son commencement se situant à 1h30 de Melbourne mais nous n’avions jamais encore pris le temps de l’explorer de tout son long. Alors c’est lors d’un de ces week-ends de décembre, où nous commencions à devenir très impatient de l’arrivée de l’été, que nous avons décidé d’y aller explorer ses secrets. 

La Great Ocean Road, c’est une route spectaculaire qui serpente une côte sauvage balayée par les vents et les vagues puissantes de l’océan. Elle abrite la plage de surf de renommée mondiale Bells Beach, les montagnes de calcaires des 12 Apôtres ainsi qu’une sa nature sauvage à quelques heures de Melbourne.

Nous sommes partis de la maison en direction de Warrambool (point de sortie) pour ensuite longer la côte en revenant vers Torquay (point d’entrée) puis sur Melbourne. Vous suivez ? Nous l’avons fait dans le sens inverse. Malins !

Nous avons profité de faire ce trajet en sens inverse pour éviter les cars de touristes qui s’amassent sur les célèbres points de vue des 12 Apôtres mais aussi car nous en connaissions déjà tout son début.

Nous démarrons notre trajet par les multiples points de vue recommandés. Ces formations rocheuses taillées, polies et posées sur l’océan donnent un aspect d’immensité et des couleurs à couper le souffle.  

Les divers points de vue nous auront bluffés même si, nous n’avons malheureusement pas réussi à éviter les cars de touristes viennent quelque peu troubler l’atmosphère paisible à laquelle on aurait aspirer en ces lieux.

L’envers du decors.
….De l’endroit le plus photographié

Alors nous avons préféré ne pas nous éterniser trop longtemps sur ces derniers mais continuer notre chemin histoire de retrouver le côté sauvage de ce qu’allait nous apporter la suite de notre route. Et c’est non loin de là, à quelques kilomètres des célèbres 12 Apôtres que nous nous sommes retrouvés bien seul pour pique-niquer sur le bord de cette délicieuse rivière. Encore une fois il suffit juste de sortir des endroits tant convoités pour retrouver le calme et la sérénité auxquels aspirent ces paysages. 

Un arrêt à Johanna Beach – où on se dit que nous retournerons sûrement pour camper une prochaine fois, avant de se rendre au Cap Otway National Park ou nous avions réservé un emplacement dans camping primitif.

C’est à côté d’un renard quelque peu affamé que nous avons dîner alors qu’il rôdait autour des tentes désespérément à la recherche d’une bonne âme qui aurait la gentillesse de le rassasier. Les renards seraient fort présents en ce moment dû aux manques de lapins à se mettre sous la dent. Le cycle de la vie est quelque peu déglingué dirons-nous…

C’est après une nuit, sans la visite du renard, que nous avons parcouru le Cap Otway National Park. Nous avons pu faire une très jolie randonnée matinale entre étendues sauvages (bien qu’envahit par les mouches cette fois-ci) et vues incroyables sur l’océan.

C’est en repartant du Cap Otway (soi-disant règne de nombreux koalas grâce à sa forêt très dense d’eucalyptus) que nous finissons enfin par voir… une voiture arrêtée sur le bas-côté. Comme bon touriste nous faisons la même chose et suivons leurs regards. C’est alors qu’une maman koala et son bébé sur le dos sont perchés en haut d’un eucalyptus ! Ça y est nous avons vu notre premier koala !

Heureux de ce spectacle, nous ressortons du Cap Otway pour continuer notre route. Nous profitons de la suite de la route sinueuse et vertigineuse qui nous offre quelques vues qui vaillent le détour. Nous retrouvons les endroits que nous connaissons pour une pause surf, une première baignade de l’été sans combinaison et une après-midi ensoleillée ! L’été est donc bien là !

Voilà nous laissons la Great Océan Road derrière nous, nous repartons retrouver nos pénates. Nous pourrons dire que road trip vaut bien le détour mais que malheureusement l’afflux de touristes vient perturber l’atmosphère. Alors nous savons que nous reviendrons mais sûrement pour des balades hors des sentiers-battus ou bien hors saison.