Hello World!

On vient donner des nouvelles car cela fait un bail ! Pourtant on devrait avoir du temps puisque le confinement nous a rattrapé et nous voilà en « lockdown 2 » depuis… 10 semaines ! Alors je repense à notre dernier article, déjà obsolète ! Bref, on a besoin de partager.

Voilà qu’au mois de juillet, le Victoria a connu sa plus grosse vague de COVID avec un pic journalier de 800 cas quand la première vague était montée à 450.

De 110 morts avant cette deuxième vague, nous voilà a un peu plus de 700. La réponse ne s’est pas fait attendre et le gouvernement local a plongé Melbourne et son agglomération de plus d’5 millions d’habitants en stage 3 puis en stage 4.

C’est quoi notre stage 4 ?

C’est une sorte de confinement à la française. Nous avons un rayon de 5km et quelques raisons pour pouvoir dans se déplacer dans ce périmètre :

  • Courses alimentaires
  • Sport (1h par jour)
  • Rendez-vous médicaux

Le télétravail est fortement recommendé, si cela est possible.

Bien évidemment masques obligatoires – à noter qu’ici, il est extrêmement rare de voir quelqu’un ne pas le porter, ni même le porter sous le nez… Ce n’est pas vraiment un débat, les gens le mettent partout, tout le temps.

On notera que nous apprécions regarder les gens qui optent pour les masque-visières. Surtout quand le vent vient écraser leur “face shield” sur leur nez créant alors de la buée et probablement un certain inconfort. Méga-LOL.

Valved Face Masks and Face Shields Offer More Comfort but Less Protection -  The New York Times

Le Victoria a aussi instauré un couvre-feu de 20 à 5h du matin. Et enfin, les restaurants/bars/café sont fermés (à emporter uniquement) ainsi que les magasins de produits non-essentiels.

Le résultat a vite fait effet avec une chute des cas en quelques jours. Voilà les deux pics COVID :

Et la suite?

Mais voilà… Alors que le stage 4 devait se terminer ce lundi, les annonces de dimanche dernier sur la présentation du plan « post-lockdown » nous ont fait mal. Et d’autant plus en voyant les cas quotidiens nettement chutés (moins de 100 par jour), 37 cas en ce samedi…

La “roadmap” est très sévère. Prolongement du stage 4 jusque fin septembre. Mais surtout rien de très encourageant jusque fin d’année. La levée des restrictions se fera sur base de moyennes des cas quotidiens avec un objectif proche de zéro pour novembre. La règle des 5km maintenue jusque fin octobre… Difficile à y croire, difficile à comprendre et difficile de s’imaginer pouvoir profiter de l’Australie comme on l’aurait aimé.

Restaurants/bars/café et magasins non essentiels encore fermés jusqu’a fin Octobre ! Tristesse.

Personnellement, je ne sais pas si je retournerai au travail avant novembre ni même décembre. Me voilà en télétravail depuis que Zoe est née en avril dernier.

Pas tant un problème pour mon métier mais c’est vrai que socialement c’est parfois pesant.

Support psychologique mis en place par le gouvernement et relayé par mon entreprise.

Par contre, je profite à 10000% de Sarah et Zoe ! Ca c’est cool.

Nous arrivons à voir un ou deux copains une fois par semaine en extérieur en contournant un peu les règles… De grands fou-fous ces français.

Enfin, il semblerait que ni le Victoria ni l’Australie n’ouvriront leurs frontières avant 2021…

How do we feel ?

« We feel like SHIT » comme on dit. Honnêtement c’est un coup de massue. Depuis la naissance de Zoe – merci Zoe d’être notre rayon de soleil quotidien – notre projet australien n’a plus vraiment de sens. On se sent isolé sur notre grosse île. On attendait les parents de Sarah en avril mais l’Australie s’est isolée du monde. Notre plan de vacances françaises a également pris l’eau car nous n’aurions pu revenir à Melbourne.

Notre déménagement au mois de juin dernier a été la meilleure des choses puisque cela nous permet de profiter du jardin et de se balader sur les bords de mer. Nous voila au printemps et c’est donc les beaux jours qui arrivent, on s’en réjouit bien évidemment.

Sarah souhaiterait retravailler mais la situation n’est juste pas propice. Les crèches pourraient ré-ouvrir en octobre ce qui pourrait être une bonne nouvelle, et encore au vue du prix à la journée ça nous fait réfléchir.

Alors voilà, notre visa se termine en mars 2021 et il est loin d’être évident que nous prolongerons. Cette crise sans précèdent pourrait nous encourager à rentrer au bercail car vous nous manquer et Zoe voudrait vous voir !

Love.